Poèmes en marge

Pensées de Kostas Karyotakis
tandis qu’il travaille sur son poème
« La plaine et le cimetière »

figure à éviter le pléonasme
de la nature
dans la tirade bleue du ciel
pas un trait rouge de plume
les fautes passent sous silence
la vie en bas
signe d’une croix
c’est pourquoi la nuit tombe
depuis toujours elle tombe
les étoiles sans cesse se multiplient
se multiplient
ce sont les dés des malheureux
qui tentent leur chance
encore et encore
dans le noir


Valéry Larbaud avant le départ

nuit d’Europe
tu devances ma tristesse
locomotive de l’Orient-Express
franchissant les frontières
d’un sourire matinal
les passagers surpris se réveillent
était-ce un rêve ou la Bulgarie
pleine de roses ?

nuit d’Europe
libère-moi des couleurs
elles ont lassé mes yeux
plus encore que la nostalgie n’a lassé
mon cœur

nuit d’Europe
puisque je dois mourir
sois ma mort
ainsi seulement j’endurerai ce cauchemar
que Vladivostok fut le terminus

Vangelis Kassos
Traduction par Ioannis Dimitriadis

Version originale en grec.