Nikiforos Vrettakos

nikiforos vrettakos Nikiforos Vrettakos est un grand poète grec, né à Krokeai de Laconie en 1912 et décédé à Ploumitsa en 1991.

Les premières années de son enfance, il vit à Ploumitsa, au pied du mont Taygète, lieu qui influencera fortement son âme de poète. Il fait ses études primaires et secondaires à Krokeai puis à Gytheio.

En 1929, il s’installe à Athènes, pour continuer ses études, mais doit les interrompre à cause de sa situation précaire. Il travaille en tant qu’employé de bureau (1930-1938) puis dans le service public (1938-1947) et comme rédacteur littéraire dans des revues et des journaux.

Il participe à la guerre Greco-Italienne (1940-41) et à la Résistance Nationale depuis les rangs du Front de libération nationale (EAM), et devient membre du Parti Communiste (KKE) duquel il est radié quelques années plus tard.

Par la suite, il déménage et travaille au Pirée et devient membre du conseil municipal, et président du comité artistique de la ville.

Pendant la dictature des Colonels (1967-74), il s’auto-exile dans divers pays d’Europe. Les dernières années de sa vie, il jouit d’une large reconnaissance pour son œuvre et se rapproche de son pays natal.

Son œuvre poétique, dans laquelle la nature et ses symboles semblent omniprésents, est un hymne à l’amour, à la paix et au «culte de l’homme». Partagée entre envolées lyriques lumineuses et moments de désillusion souvent en phase avec son temps, son écriture est restée essentiellement simple et émouvante.

Recueils poétiques

Sous ombres et lumières (Κάτω από σκιές και φώτα), 1929
En descendant le silence des siècles (Κατεβαίνοντας στη σιγή των αιώνων), 1933
Les grimaces de l’Homme (Οι γκριμάτσες του ανθρώπου), 1935
La guerre (Ο πόλεμος), 1935
La lettre du cygne (Η επιστολή του κύκνου), 1937
Le voyage de l’Archange (Το ταξίδι του Αρχαγγέλου), 1938
Marguerite – Tableaux du coucher de soleil (Μαργαρίτα – Εικόνες από το ηλιοβασίλεμα), 1939
L’apogée du feu (Το μεσουράνημα της φωτιάς), 1940
Symphonie héroique (Ηρωϊκή συμφωνία), 1944
La cité féerique (Η παραμυθένια πολιτεία), 1947
Le livre de Marguerite (Το βιβλίο της Μαργαρίτας), 1949
Le Taygète et le silence (Ο Ταΰγετος και η σιωπή), 1949
Les fleuves troubles (Τα θολά ποτάμια), 1950
Ploumitsa (Πλούμιτσα), 1952
Sortie avec le cheval (Έξοδος με το άλογο), 1952
Ma mère à l’eglise (Η μητέρα μου στη εκκλησία), 1952
À Robert Oppenheimer (Στον Ρόμπερτ Οπενχάϊμερ), 1954
Le temps et le fleuve (Ο χρόνος και το ποτάμι), 1957
Chêne royal (Βασιλική δρύς), 1959
La profondeur du monde (Το βάθος του κόσμου), 1961
Ôde au soleil (Ωδή στον ήλιο), 1974
Protestation (Διαμαρτυρία), 1974
Le Buech et les sept élégies (Το ποτάμι Μπυές και τα εφτά ελεγεία), 1975
Héliotrope d’après-midi (Απογευματινό ηλιοτρόπιο), 1976
Prométhée ou le jeu d’un jour (Ο Προμηθέας ή το παιχνίδι μιας μέρας), 1978
Liturgie sous l’Acropole (Λειτουργία κάτω από την Ακρόπολη), 1981
La Planète distinguée (Ο διακεκριμένος πλανήτης), 1983
Lampe solaire (Ηλιακός λύχνος), 1984
Don en suspens (Εκκρεμής δωρεά), 1986
La philosophie des fleurs (Η φιλοσοφία των λουλουδιών), 1988
Rencontre avec la mer (Συνάντηση με τη θάλασσα), 1991

Collections et anthologies disponibles en grec

Les poèmes (1929-1961) (Τα ποιήματα 1)
Les poèmes (1961-1976) (Τα ποιήματα 2)
Les poèmes (1978-1988) (Τα ποιήματα 3)

Ma sélection (poésies choisies 1933-1991)(Η εκλογή μου)

Ses poèmes ont été traduits en plusieurs langues.

Traductions de Nikiforos Vrettakos en français

L’Enfant du Taygète (poésies choisies), traduit et présenté par Zoé Samaras, éditions Caractères (Paris, 1977).
Ode au soleil, traduit par Zoé Samaras, éditions Caractères (Paris, 1978).
La philosophie des fleurs, traduit par N. Lygeros (édition en ligne).
Mon soleil (Ο ήλιος μου), poèmes choisis et traduits par Ioannis Dimitriadis, disponible sur ainigma.net (Athènes, 2012).

Prix

Premier Prix d’État de Poésie (1940, 1956, 1982)
Prix Ouranis de l’Académie grecque (1974)
Prix des Biennales internationales de poésie à Knokke, Belgique (1980)
Prix international de l’ASLA (Association Sicilienne pour les Lettres et les Arts)(1980)
Son œuvre est couronné par l’Académie grecque dont il devient membre (1982 & 1987)
Prix Pégase d’Or de l’Association Littéraire Grecque (1989)

Il a été proposé comme candidat au Prix Nobel de Littérature.